Goujons 59/63

Un film de Gwenaël Breës, Mathieu Haessler, Cécile Michel & Sonia Ringoot | 2015 | Belgique | VO FR | vidéo | 69′

Aux numéros 59-61-63 de la rue des Goujons à Anderlecht, s’élance une tour de 18 étages comprenant 384 appartements sociaux, 900 habitants, 1500 portes et un concierge. Goujons 59/63 est une chronique de la vie et de la cohabitation dans cet immeuble de logement social, en compagnie d’habitants attachés à leur lieu de vie, de travailleurs sociaux qui tentent d’en colmater les brèches, et du concierge, figure centrale de ce monde dont il connaît toutes les clés.

Un voyage dans les entrailles de ce qui fut un fleuron du logement social lors de son inauguration en 1975, et qui, 40 plus tard, résiste vaille que vaille au temps et au manque d’entretien. Avec ses locaux techniques, ses dédales de couloirs, ses ascenseurs en panne, ses balcons fermés « temporairement », ne symbolise-t-il pas l’administration du logement social dans laquelle naviguent les habitants ?

Plus d’infos sur la page du film.




Prisons des villes, prisons des champs

Film collectif, 2014, 23 minutes

Avec des habitants de Haren, de Saint-Gilles et des travailleurs d’Inter-Environnement Bruxelles, les Ateliers urbains ont réalisé ce court métrage consacré à la question des prisons et plus particulièrement de leur présence à l’intérieur ou à l’extérieur du tissu urbain. Un sujet d’actualité, à l’heure où les autorités évoquent la fermeture des prisons de Saint-Gilles et de Forest et la construction d’un méga complexe pénitentiaire à Haren. Que penser de ce transfert des prisons de ville à la campagne ? Est-ce une réponse pertinente au problème de surpopulation carcérale de la Belgique ? Quelles sont les priorités pour le réaménagement des anciennes prisons ? Qu’en pensent les riverains ?




La bataille du canal

Bruxelles a un canal et donc des quais. Ceux-ci ont contribué durant des décennies au développement économique et social de Bruxelles, et constituent encore un réservoir d’emplois pour des milliers de Bruxellois.

Mais le canal et ses abords suscitent aujourd’hui un regain d’intérêt. Aveuglés par l’appât du gain, certains pouvoirs publics et investisseurs privés prétendent « réhabiliter » cette partie de Bruxelles perçue comme un nouvel Eldorado. Il s’agit de transformer le canal en marina, ses rives populaires en lieux de villégiature pour nantis, ses bâtiments industriels en lofts, ses péniches en bateaux de plaisance et les œufs de lompe en caviar…
Mêlant le ton de l’humour noir à celui d’un faux reportage de propagande, « La bataille du canal » nous présente quelques-uns de ces projets pharaoniques.

Un film de Gwenaël Breës, Philippe Branckaert, Axel Claes, Alice Riou et Claire Scohier pour le PleinOPENair 2011.


• La bataille du canal | 20 minutes




I Love EU

Court métrage sur les incidences pour les Bruxellois de l’implantation des institutions européennes à Bruxelles (et plus spécifiquement pour les voisins du Parlement européen). Un petit cauchemar sécuritaire…

Réalisé Par Gwenaël Breës, Axel Claes, Mathieu Haessler et Claire Scohier dans le cadre du PleinOPENair 2010.


• I Love EU | 10 minutes




Neerpede, Tour & Taxis et Gare de l’Ouest

Trois courts métrages sur des lieux et quartiers de Bruxelles en proie à un nouveau développement urbanistique : Neerpede, Tour & Taxis et Gare de l’Ouest.

Réalisés par Gwenaël Breës, Axel Claes, Kodjo Degbey, Dominik Guth et Mathieu Haessler dans le cadre du PleinOPENair 2008 .


• La gare de l’Ouest | 10 minutes

• Tour & Taxis | 9 minutes

• Neerpede | 11 minutes



Dans 10 jours ou dans 10 ans…

Chronique d’une “revitalisation urbaine”, 1989–2008…
Un film de Gwenaël Breës | 2006-2008 | 89′

[FR] Des politiques qui parlent de mixité et de rénovation urbaines et ne jurent plus que par le “public-privé”. Des architectes qui semblent se partager la ville. Une “ville durable” où la production de nouveaux bâtiments est une perpétuelle nécessité et où les immeubles finissent par être plus longtemps en chantier qu’occupés. La “revitalisation” d’un quartier “stratégique” de Bruxelles: celui de la gare du Midi… Ou comment des pouvoirs publics, aveuglés par le mirage de l’Europe et des bureaux, tentent depuis 15 ans de modifier la sociologie et le tissu urbain d’un quartier populaire et historiquement immigré. Malgré le désintérêt des promoteurs privés et une crise du logement grandissante, les autorités communales et régionales s’évertuent à vouloir implanter un “mini Manhattan” dans ce quartier du bas de Saint-Gilles. Les habitants du Midi se retrouvent ainsi, depuis 15 ans, dans la ligne de mire de leurs propres représentants politiques locaux, désireux de les faire déguerpir de leur maison. À bon compte.
Plus d’infos sur : http://film.quartier-midi.be | Télécharger en Dvix.

[EN] As all neighbourhoods adjacent to today’s major international railway stations, Brussels Midi is undergoing significant change. In official parlance, it is going through “urban revitalisation”. Others see it rather as a case of social cleansing.
What’s peculiar about it is the brutality of the change as well as its extreme slowness, despite the “high urgency” of the “public utility service” invoked by the town’s authorities to expropriate the flats and set up a “little Manhattan” made up essentially of hotels and office buildings (that will be entrusted to private investors). But despite apparently having all the trumps, the architects of this public/private partnership seem unable to bring the scheme to a successful conclusion. And the nightmare of the inhabitants, victims of a war of attrition, has been turning into an eternity. A court has held several times that the project was a violation of human rights.
More info : http://film.quartier-midi.be | Download on Divx.




Façadisme, choucroute et démocratie

Un film de Gwenaël Breës | 2002 | 44′

Trois mots qui se déclinent autour de l’histoire d’une saga immobilière: l’implantation des bâtiments du Parlement européen au coeur de Bruxelles… “Façadisme” : pratique architecturale consistant à intégrer une ancienne façade dans un bâtiment moderne. “Choucroute” : terme architectural, désigne une conserve patrimoniale devenue anachronique en cours de fermentation urbanistique. “Façadisme démocratique” : pratique politique consistant à intégrer un apparat démocratique dans un ensemble qui ne l’est pas…

“Bruxelles cultive l’art sans pareil d’un accueil simple et chaleureux, grâce à l’atmosphère que seuls savent créer les Bruxellois”. Cette phrase de Jacques Delors, l’ancien Président de la Commission européenne, s’affiche sur des panneaux géants à Bruxelles. Ce film s’attache plus précisément à l’histoire d’un voisin encombrant, arrivé en 1992 à Bruxelles : le Parlement européen, alias le “Caprice des dieux”.

C’est au terme d’une longue saga politico-immobilière que cette “Maison de tous les citoyens européens” s’est implantée dans les murs d’un prétendu “Centre international de congrès”, en plein cœur de la ville. Ici, la parole se calcule en secondes et chaque jour quelques 626 députés, des centaines d’assistants, questeurs, fonctionnaires et autres agents s’agitent dans un colossal ensemble de 370.000 m2, censé symboliser l’entente entre les peuples.

Mais l’entente avec le peuple du quartier est une affaire plus difficile !

Et l’élargissement politique à dix nouveaux pays membres annonce aussi… un élargissement immobilier.

Télécharger le film en Dvix.