« Personne ne penserait un jour à démonter l’Atomium », vraiment ?

4 février 2015
|
image_pdfimage_print

Classer la place du Jeu de Balle à Bruxelles : une évidence ! Et pourtant…

Fin janvier, une pétition citoyenne a été remise à la Région bruxelloise pour demander le classement comme site de la légendaire place du Jeu de Balle, ainsi que de plusieurs bâtiments emblématiques qui s’y trouvent et de l’abri anti-aérien datant de la Seconde Guerre Mondiale qui se situe dans son sous-sol. En remettant leur dossier, les pétitionnaires ont activé un droit démocratique prévu par le Code bruxellois de l’Aménagement du Territoire (CoBAT) qui permet de demander au Gouvernement régional l’ouverture d’une procédure de classement.

À peine la pétition déposée, le Ministre-Président Rudi Vervoort, en charge du Patrimoine, donne déjà une forte indication sur l’attitude qu’il prendra au moment de décider en qualifiant cette démarche d’« instrumentalisation du patrimoine ». Un propos qui démontre fort peu de considération pour cette initiative citoyenne.

Il pointe du doigt le fait que cette demande de classement vise à bloquer le projet de la Ville de Bruxelles de construire un parking sous la place du Jeu de Balle. Selon lui, « Il existe d’autres moyens pour refuser des projets s’ils ne sont pas acceptables quelles qu’en soient les raisons. Je ne suis pas convaincu qu’il s’agisse d’une bonne manière d’agir. L’instrumentalisation du patrimoine pour contrer un projet n’est pas une bonne chose. » Ces « autres moyens », les Bruxellois qui s’opposent à ce projet de parking les utilisent déjà et auraient pu s’en contenter car ils ont de bonnes chances de gagner leur combat. Mais l’une de leurs principales motivations est justement la préservation de cette place historique et ils ne voient aucune raison de ne pas poser le débat sur ce terrain.

La place du Jeu de Balle est l’une des rares à Bruxelles ayant su conserver son caractère d’origine. Elle est riche d’un patrimoine architectural, historique et archéologique, d’ailleurs largement reconnu en Belgique comme à l’étranger. Le Vieux Marché qu’elle accueille quotidiennement depuis 1873, avec son folklore et ses multiples anecdotes, fait partie de l’Histoire et du patrimoine immatériel de notre ville.

Ni cette place ni son marché quotidien ne sortiront indemnes d’un long chantier de bétonisation du sous-sol et d’un réaménagement de la surface (la Ville de Bruxelles veut d’ailleurs confier la conception de l’espace public à une société de parking !). Un parking souterrain nécessiterait la création de diverses trémies, ascenseurs et cheminées d’aération qui défigureraient l’attrait historique et esthétique de la place. Un bref coup d’œil à la place de la Monnaie permet de se rendre compte à quel point les dispositifs de ce genre sont particulièrement encombrants et destructeurs des proportions, circulations, perspectives, cohérences visuelles et de matériaux, ceci tout en entravant le cheminement des piétons.

Alors, bien sûr, c’est la menace de la construction d’un parking souterrain qui a réveillé les esprits, réuni et mobilisé de nombreux Bruxellois, qui n’imaginaient pas que cette place qui leur est si chère et qui est si caractéristique du Vieux Bruxelles ne bénéficie à ce jour d’aucune protection et pourrait si facilement être détruite ou défigurée. Nous sommes les premiers étonnés qu’il nous incombe d’initier la procédure de classement de cette place emblématique ! Il nous paraissait pour le moins logique qu’un Ministre-Président en charge du patrimoine soutienne positivement une telle initiative. Pourtant…

Le retard de classement en région bruxelloise est abyssal et les propos du Ministre-Président n’ont pas de quoi rassurer, notamment quand il explique que le classement n’est pas « l’alpha et l’oméga de la protection patrimoniale », en prenant exemple sur des bâtiments comme l’Atomium ou le Palais Royal qui ne sont pas classés alors qu’on imagine qu’ils le sont. « Évidemment, personne ne penserait un jour à démonter l’Atomium », a-t-il précisé. Force est pourtant de constater qu’en 2014, alors que nous croyions les pires heures de la bruxellisation loin derrière nous, il s’est trouvé quelqu’un pour penser à construire un parking sous la place du Jeu de Balle ! Et ce n’est pas la seule place du cœur historique de Bruxelles à être ainsi menacée : la Ville souhaite également construire des parkings sous les places Rouppe, du Nouveau-Marché-aux-Grains, et toute la zone des anciens quais allant de la place de l’Yser jusqu’au Marché-aux-Porcs…

Pour le Ministre-Président, « Si la Ville dépose un jour une demande de permis pour un parking sous la place du Jeu de Balle, le projet ne sera pas analysé à la seule lumière du patrimoine, mais à la lumière de tous les enjeux qui sont concernés : de la mobilité à la cohésion sociale, en passant par le bon aménagement des lieux, l’urbanisme et le patrimoine. Il me paraît plus sain d’agir de la sorte. » Sauf que la législation sur la protection du patrimoine estime que certains témoins du passé méritent d’être protégés, et donc ne sont plus soumis aux mêmes critères en vertu de leur intérêt spécifique. C’est le principe du classement. Faire passer à l’avant-plan des considérations d’opportunités économiques, de mobilité ou autres relève à l’inverse d’une négation de toute politique de protection du patrimoine car, par nature, le patrimoine est irremplaçable et ne peut survivre à n’importe quel projet. Si on veut le préserver, il faut donc faire les choses dans l’ordre : d’abord l’inventorier et le protéger et, ensuite seulement, considérer les projets qui pourraient éventuellement y prendre place sans le mettre à mal. Ainsi, nous sommes en droit d’attendre que la Région bruxelloise examine la demande de classement sous l’angle du patrimoine et non en fonction d’autres enjeux. C’est tout simplement le sens même de la protection du patrimoine !

Pétitions-Patrimoine et Plateforme Marolles

Carte blanche parue sur le site du « Soir » et dans « Brussel Deze Week », 04/02/2015



Laissez un commentaire